Actualités EOEdu
A travers le monde
CDRom BEO
City promotion
Edusat
En classe
  Contexte
  Les fiches
Jeu et Poster Europe
Fiches-exercices
Mosaïque de la Belgique
Patrimoine mondial
Projets Eduproba
Satellite launch table
SEOS A world of images
Villes vues du ciel
10 ans SPOT VEGETATION
World's forests

Volcans

 

L’Amérique du Sud détient de nombreux records du monde : les plus hautes chutes d’eau, les chutes de Salto Angel au Venezuela; le fleuve le plus important (en terme de débit), l’Amazone; l’endroit le plus sec, le désert d’Atacama; la plus grande forêt tropicale, la forêt amazonienne; le lac navigable le plus élevé, le lac Titicaca ou la plus longue chaîne de montagnes, les Andes, qui sont formées d’une succession d’un grand nombre de montagnes et de volcans.

Contexte géologique
Les très nombreux volcans actifs qui existent de par le monde sont répartis en 12 régions distinctes par les scientifiques. La plupart d’entre eux sont situés dans la Ceinture de feu du Pacifique, où il y a 452 volcans (soit 75% des volcans actifs et dormants du monde) et où 90% des tremblements de terre se produisent.

La Ceinture de feu est le résultat direct de la tectonique des plaques. La partie Est de la Ceinture de feu est le résultat de la subduction des plaques Nazca et Cocos sous la plaque Sud-Américaine. Ces mouvements ont donné naissance à l’une des plus hautes chaînes de montagnes de notre planète et à l’une des plus importantes zones d’activité volcanique. L’Amérique du sud compte 204 volcans, dont 112 ont été actifs au cours de l’Holocène (période géologique couvrant les 10 000 dernières années).



Carte de la Ceinture de feu - Source
 


Volcans actifs et plaques tectoniques en Amérique du Sud - Source

Deux éruptions majeures

La tragédie d’Armero
Le Nevado del Ruiz, le volcan le plus au nord de la partie andine de la ceinture volcanique, est situé à 129 km à l’ouest de Bogota, dans le département de Tolima en Colombie. Le volcan fait partie du parc national Los Nevados qui comprend de nombreux autres volcans. Le Nevado del Ruiz est un stratovolcan composé de nombreuses couches de laves alternant avec des couches de cendres volcaniques durcies et d’autres roches pyroclastiques et son sommet est recouvert par des glaciers. Ce volcan a été actif durant environ 2 millions d’années au cours desquelles il a connu trois périodes éruptives. Le cône volcanique actuel a été formé au cours de la troisième période éruptive qui a commencé il y a 150 000 ans.

A 21h08, heure locale, le 13 novembre 1985, le volcan est entré en éruption, éjectant des téphras à plus de 30 kilomètres d’altitude dans l’atmosphère. L’éruption a provoqué des coulées pyroclastiques qui ont fait fondre les glaces et la neige qui couvraient le sommet du volcan, générant des lahars (un lahar est une coulée de boue composée de matériel volcanique et d’eau en provenance de glaciers) qui se sont écoulés sur les flancs du volcan. Ceux-ci ont dévalé les pentes du volcan à une vitesse de 60 km/h, érodant les sols, arrachant les rochers et détruisant la végétation. Après une descente de plusieurs kilomètres, les lahars ont emprunté les six vallées qui entourent le Nevado del Ruiz. Un des lahars a presque totalement emporté la petite ville de Armero dans le département de Tolima. Sur les 28 700 habitants que comptait Armero, 23 000 ont été tués et 5 000 autres blessés. Plus de 5 000 maisons ont été détruites. Un autre lahar, qui a emprunté la vallée de la rivière Chinchina, a tué près de 1 800 personnes et détruit 400 maisons dans la ville de Chinchina. La tragédie d’Armero est connue comme la seconde éruption volcanique la plus meurtrière du 20ème siècle.

Durant les jours et les semaines précédant la catastrophe, les géologues ainsi que d’autres experts avaient pourtant informé les autorités et les médias sur l’imminence d’une possible éruption. Certains représentants de l'autorité ont néanmoins rassuré la population en affirmant que la ville était hors de danger. Cette réaction était probablement due aux nombreuses fausses alertes et aux ordres d’évacuations injustifiés qui avaient été donnés à la population à de nombreuses reprises les années précédentes. Actuellement, le volcan constitue toujours un danger pour les villes et villages situés à proximité et où vivent près de 500 000 personnes exposées à une éventuelle éruption.


Glaciers et neige au sommet du Nevado del Ruiz
Source

 

Une partie importante de la ville d’Armero a été complètement détruite par un des lahars en provenance du Nevado del Ruiz - Source

La récente éruption du Chaitén
Le Chaitén est une petite caldeira (vaste dépression, circulaire ou elliptique, à fond plat et située au sommet de certains grands édifices volcaniques) jouxtant un autre volcan, le Michinmahuida, situé au Sud du Chili. Jusqu’il y a peu, ce volcan consistait en un dôme de lave rhyolitique dont la dernière activité datait de 9 400 ans. En mai 2008, le Chaitén s’est soudainement réveillé. Une violente éruption a produit de très nombreux panaches, des coulées pyroclastiques et des lahars, tout en créant un nouveau dôme de lave sur le côté nord de l’ancien. Cette éruption a sérieusement touché le village de Chaitén tout proche, l’inondant de lahars et de cendres et obligeant les 4 500 habitants à évacuer. L’évacuation a été prise en charge par les militaires car le village n’était plus accessible que par air ou par mer. Quant au panache de cendre, il a traversé le Chili et l’Argentine pour atteindre l’océan atlantique, contaminant au passage les ressources en eau et recouvrant la ville de Futaleufú (située 75 km au Sud-Est du volcan) d’une couche de cendres de 30 cm d’épaisseur. Preuve de l'activité du volcan, une petite éruption a encore été enregistrée en février 2009.


Panache de fumée sortant du volcan Chaitèn le 4 mai 2008 - Source: REUTERS/Ivan Alvarado

Volcan, tu dors ?
Le grand public pense généralement qu’un volcan qui n’a pas été actif au cours des derniers siècles est un volcan dormant. Pour les volcanologues, tout volcan qui a eu une activité au cours des 10 000 dernières années (période Holocène) est potentiellement actif. Dans la chaîne des Andes, ce sont ainsi une centaine de volcans situés au Chili, au Pérou, en Equateur ou en Colombie, dans des zones parfois très peuplées, qui sont considérés comme actifs par les scientifiques. Un géologue de l’université du Colorado aux Etats-Unis explique à ce sujet que « 25 à 30 millions de personnes vivent très près d’un de ces volcans actifs de la chaîne des Andes, notamment dans des grandes villes comme Quito ou Santiago. Les éruptions du Nevado del Ruiz et du Chaitén sont des exemples de ce qui peut se passer à tout moment dans ces régions ». Le risque est accentué par le fait que, parmi tous ces volcans actifs, seulement une dizaine d’entre eux sont activement contrôlés.


Coupe transversale simplifiée des plaques tectoniques
montrant la localisation du volcan Chaitèn au-dessus de la
zone de subduction où les plaques Nazca et d’Amérique
du Sud se rencontrent - Source
 

Carte montrant le volcan Chaitèn à l’ouest du continent.
La ligne noire allant de A à B situe la coupe transversale
des plaques tectoniques montrée sur la figure de gauche
Map by Geology.com and MapResources

Sources
Chaitén - Chile - Geology.com
Chile's Chaiten Volcano One Of Scores Of Active Volcanoes In Region - ScienceDaily
Nevado del Ruiz Eruption and Lahar, 1985 - USGS Cascades Volcano Observatory
South America Volcanoes and Volcanics - USGS Cascades Volcano Observatory
Wikipedia: South America- Armero tragedy- Chaitén Volcano - Nevado del Ruiz

Liens
Chaiten Volcano, Chile - NASA Earth Observatory